Tourisme Bourgogne/Franche-Comté

Eglise Saint-Germain de Couchey

Eglise de Couchey

Cette église a été reconstruite au XIVème siècle, succédant à un monastère, puis remaniée au XVIème siècle en rajoutant la sacristie.

La commune a procédé à une restauration en 2003 et 2010.

Son clocher mérite d’être vu en raison de ses tuiles polychromes. En effet, ces tuiles colorées, vertes et jaunes sont considérées comme un élément représentatif de la Bourgogne.

Autrefois, se trouvait un cimetière au pied de cette église, nommé aujourd’hui vieux cimetière par les couchois. Celui-ci était totalement ouvert. En 1839, des portes ont été installées. Puis après 1858, il a été jugé trop petit surtout suite au passage du choléra les années précédentes ( 20 décès en 1852, 29 en 1854, 29 en 1856). On comptait 48 monuments dans le cimetière en 1849. Le vendredi 28 mai 1858, le nouveau cimetière est béni. Les pierres tombales ont été en majorité récupérées par les familles pour être déposées dans les propriétés. A ce jour, il est encore possible d’en trouver.

Aujourd’hui, l’ancien cimetière a été joliment transformé en jardin public. C’est pourquoi, je vous conseille de pousser la grille située rue de l’Abbé COCHET ou d’emprunter le second accès par la ruelle Alfred de MUSSET pour le visiter. De plus, une hypothèse voudrait que le sieur POILLEVEY ait planté des séquoias.

A l’intérieur, venez admirer les végétaux soigneusement installés tout autour de la fameuse croix renaissance de 1550. Voir cet article pour plus d’informations.

Pour chercher un peu plus …

Voici quelques informations sur le jardin.

Pour les curieux, une pierre est placée à gauche de l’entrée coté rue de l’Abbé COCHET. Dessus, il est inscrit Pierre Bernard COUTURIER, curé de Couchey et Fixey pendant 20 ans. Ce dernier est né à Dijon en 1785 et mort en 1835.  Au-dessus, vous pourrez observer un calice entre deux burettes.

Plus loin, en vous approchant de la sacristie, une pierre tombale mentionne Dame Anne BERGERET veuve du Sieur Simon MORTUREUX qui est décédée le 27 mars 1814 à l’âge de 69 ans. A vous de chercher !

Décor et mobilier de l’église 

 Dans la première baie du mur Sud : Vitrail d’Elisabeth de la Trinité crée en 2009 par Emmanuelle Grand.

Au fond du choeur : retable en bois peint en faux marbre ( environ 1700), orné, entre des colonnes, d’angelots et de médaillons du Christ et de la Vierge et surmonté de statues de la Vierge à l’Enfant, de Saint Germain et Saint Rémi. Il est prolongé sur les murs latéraux par des lambris de même époque et de même style en bois ciré.

Une drôle d’horloge 

En levant la tête depuis la rue de l’Abbé Cochet, vous découvrez une horloge particulière. Celle-ci date de 1854, vient de Strasbourg et achetée 3000 Francs. 

Elle possède 1 seule aiguille ! L’autre ayant été jugée inutile. 

Horloge église de Couchey

Quelques kilos !

Les cloches de l’église ont du poids.

Commençons par la cloche du milieu : Saint Rémy de 1705 avec ses 1100 kilogrammes.

Puis la cloche du couchant : Saint Germain de 1705 avec ses 525 kilogrammes.

Pour finir par la cloche du levant : Saint Bénigne de 1766 avec ses 790 kilogrammes.

Anecdote

En 1706, deux petites cloches sont décrochées pour les donner à la fonderie destinées à la fabrication de canons. Elles restent un long moment devant la porte de l’église prêtes à être données. Le villageois chargé du transport s’était caché plusieurs jours afin de ne pas assurer cette tâche. Comme personne n’en voulait, elles sont remontées par conséquent au clocher.

unpaysundrapeau (UPUD)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *